La LDH dénonce le « ce qui s’est passé ici ne se plaide pas » d’Emmanuel Macron

« La Ligue des droits de l’Homme est interpellée par les propos du Président de la République tenus lors de la cérémonie d’hommage au préfet Claude Erignac ce mardi 6 février.

Alors qu’il affirme la nécessité de l’Etat de droit, il déclare dans le même temps « ce qui s’est passé ici ne se plaide pas ». Il semble pour le moins contradictoire d’associer l’Etat de droit et dans le même propos la négation du droit à la défense constitutif du procès équitable et d’une justice démocratique. »

Ajaccio, le 6/02/2018

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*