La négation obsessionnelle de notre droit à l’existence

L’Etat français est en train de faire la démonstration de son aveuglement et de son incapacité chronique à admettre la réalité. La négation obsessionnelle de notre droit à l’existence s’accompagne encore d’un acharnement répressif aussi incompréhensible que vain. Notre peuple existe depuis la nuit des temps. La seule solidarité nationale qui ne soit pas un mensonge, est celle qui s’exerce depuis toujours entre Corses. Et celle-là, nul n’est jamais parvenu à la détruire, car elle est le ciment commun des vraies nations. Les Corses ont largement démontré que leur détermination dans la lutte n’avait d’égal que leur capacité à donner des garanties de paix. Le règne de l’arbitraire et les velléités de pacification musclée doivent cesser. Définitivement.

Eric Simoni

Sustegnu di Corsica Libera à Katy Bartoli:

« Katty Bartoli, militante de Corsica Libera et Présidente de l’Associu Sulidarità, vient d’être convoquée le 30 janvier prochain à Paris devant un juge antiterroriste. Il semblerait que l’on se prépare à Paris à la mettre en examen dans le cadre de l’enquête sur Franck Paoli, en lui reprochant une possible solidarité lorsque ce dernier était recherché.

Corsica Libera lui apporte son soutien fraternel et indéfectible.

À l’heure où la Corse s’efforce de construire la paix et de préparer un avenir serein à sa jeunesse, l’Etat et ses institutions continuent de ne répondre que par la provocation, le mépris et la répression.

Cela est intolérable et doit cesser.

Lors des dernières élections, les corses ont réaffirmé massivement leur volonté de changer d’ère et de rentrer dans une période riche en espoir.

L’état ne peut donc continuer ce jeu trouble.
Corsica Libera réitère son soutien le plus ferme à Katty et appelle l’ensemble de ses militants et sympathisants à rester mobilisés. »

A.C

2 Commentaires

  1. Qualle sò i cunsiglieri di Macron? Purtantu st’omu pare astudu?
    hè tempu ch’ellu pigli in contu a vuluntà di u populu corsu !
    ùn vulemu chè campà in pace, senza dumandà spupositi, ma solu u dirittu d’ammaestà in cuscenza è rispettu di e differenze a Corica di Dumane: « ùn paese da fà »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*