Corse : un gouvernement qui navigue à vue …

Le moins que l’on puisse dire est que, pour le moment, le message des électeurs le 10 décembre dernier n’a pas franchi la méditerranée. Les déclarations contradictoires se multiplient.

Déjà le 13 décembre, Benjamin Griveaux porte parole du gouvernement « recadrait » les nationalistes en affirmant que l’élection territoriale en Corse « n’était pas un scrutin sur l’autonomie » ou « l’indépendance » ni « un référendum »… c’est à se demander ce que signifie le résultat de ces élections pour Paris !!! Feindre de croire que ce scrutin ne serait pas un signe fort envoyé par le Peuple corse à Paris est une hérésie. La nomination d’une « Madame Corse », appellation d’origine Made in France, souligne le caractère saugrenu de la politique française sur l’île.

Lors de sa venue en Corse, Jacqueline Gourault nous annonce que : « Il faut aussi regarder si la loi Littoral peut être aménagée pour pouvoir libérer du terrain à construire « . Il y a de quoi être perplexe après une telle déclaration. le préfet de Corse, Bernard Schmeltz atténuera, quelques jours plus tard, les propos tenus par la ministre :  » La ministre a ainsi évoqué l’opportunité d’améliorer l’articulation entre la loi littoral et la loi montagne au profit des communes de montagne. Il ne s’agit pas de « bétonner le littoral », mais de faire en sorte que dans les villages, situés hors des espaces proches du rivage, ce soit la loi montagne et non la loi littoral qui s’applique ».  « Cela permettrait de faciliter les constructions au sein des villages situés dans les parties montagnardes des communes littorales et de dynamiser l’intérieur ».

La langue corse : de quoi y perdre son latin … désormais, toujours selon la Ministre, « Il n’y a qu’un peuple, c’est le peuple français et il n’y a qu’une langue » … et « la langue corse est un patrimoine » et « les habitants de la Corse aiment leur langue ». « Il faut les aider, nous les aidons déjà » … !!! En deux phrases, elle réussit le tour de force de nier l’existence de la langue corse tout en reconnaissant que « les habitants de la Corse aime leur langue. » Comprend qui pourra … !!!

« En France, il n’y a pas de prisonniers politiques » mais il existe une Cour d’Assises Spéciale qui est comparable à l’ancienne Cour de Sureté de l’Etat qu’elle a d’ailleurs remplacée peu de temps après la dissolution de celle-ci en 1981. Là aussi, nier le caractère politique des actions du FLNC parait incroyable… mais c’est la France vertueuse, celle qui donne des leçons au monde entier mais celle qui fait parti des pays les plus souvent condamnés par la Cour Européenne des Droits de l’Homme !!! Quant au rapprochement des prisonniers, la loi pénitentiaire du 24 novembre 2009 a consacré, dans le chapitre des droits et devoirs des détenus, le principe du rapprochement familial : lire ici. Ce rapprochement « est étudié au cas par cas… » la formule consacrée depuis des années.

En même temps, l’Associu Sulidarità dénonce la convocation de sa Présidente, Katty Bartoli , le 30 Janvier prochain à Paris par un juge antiterroriste afin d’être mise en examen. L’Associu parle de « Pression et provocation » Lire ici

Jean Guy Talamoni, Président de l’Assemblée de Corse, apporte son soutien à Katty Bartoli lire ici

Le dialogue entre nos élus et Paris semble d’ors et déjà avoir du plomb dans l’aile. Les gouvernements passent mais la politique hexagonale reste la même. A croire que le dépôt des armes par le FLNC n’ait pas été du tout compris par Paris … à moins que Paris ne cherche à raviver les tensions passées ? Décidément, non seulement ce gouvernement nous mène en bateau mais il navigue à vue et ce n’est pas un bon présage pour l’avenir de notre île.

D’ailleurs Femu a Corsica a réagi. Visite de Madame Jacqueline Gourault : Oui au dialogue politique, non à l’enlisement à lire ici 

et le Rinnovu avait déjà, avant hier, affiché son scepticisme quant aux intentions véritables du Gouvernement sur le devenir politique et institutionnel de notre pays. A lire ici

Néanmoins, ce gouvernement est en train de faire l’unanimité contre lui …

A.C

Partagez cet article sur Facebook ou Twitter ci-dessous

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*