Meeting de Bastia : une foule immense pour soutenir PÈ A CORSICA

Dès 18h30, des centaines de voitures convergeaient du nord au sud de Bastia en direction de l’Arinella où se trouvait le chapiteau du meeting de  Pè a Corsica. A 19h, il était difficile de se faire une place au milieu des milliers de sympathisants. Plus de 2000 personnes selon nombre d’observateurs.

 

 

 

 

Jean Guy Talamoni à l’offensive

L’indispensable présence d’Edmond Simeoni

Michel Castellani, un des trois députés nationalistes récemment élus

Aujourd’hui, le renforcement de la représentation nationale corse face aux manœuvres téléguidées depuis Paris, désormais connues de tous, est pour nous une priorité. Cela passe par un vote massif, dès le premier tour, pour la liste Pè a Corsica, qui scelle l’accord patriotique historique entre indépendantistes et (vrais) autonomistes, et permettra d’obtenir, concrètement, les dévolutions dont la Corse a besoin, pouvant aboutir à un référendum d’autodétermination en 2028. Au delà d’un réel respect pour les positions de tout un chacun, je reste persuadé qu’un indépendantiste sincère et lucide, dépassant postures de confort ou considérations d’ordre secondaire, saura sûrement ce qu’il a à faire.
U 3 di dicembre, vutemu Pè a Corsica, è per ella sola.

Dr Eric Simoni

Pierre Savelli, Maire de Bastia

Jean Guy Talamoni : Le peuple corse voit l’imposture venir de loin. Ce n’est pas un front républicain qui se prépare. Ceux qui s’apprêtent à faire un front contre les nationalistes n’ont pas respecté les valeurs républicaines ; ils ont piétiné la règle commune et ont saccagé le bien commun de mandatures en mandatures.
Non, ce n’est pas un front républicain, c’est un front qui veut ressusciter le passé.
Le 3 décembre, les Corses devront dire si l’expérience ambitieuse, commencée en décembre 2015, qui consiste à changer le futur de cette nation, doit continuer, ou si la Corse doit retourner au XXe siècle.
Avemu un paese da fà !

Quand une Constitution ne permet pas de reconnaître un peuple, il faut changer la Constitution, et non pas demander au peuple de disparaître.
Le 3 décembre disons-le, tous ensemble, par notre vote ! Avemu un paese da fà !!!

Gilles Simeoni

 

A mio Bandera

 

Alain Cacciari pè  SAS Corsica Cumunicazione 

www.infocorsica.online

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*