Nouvelle démonstration de force de « Pè a Corsica » in Aiacciu

Ils étaient des centaines et le Palais des congrès d’Aiacciu était bien trop petit pour accueillir tous ceux qui désiraient soutenir la liste conduite par Gilles Simeoni  « Pè a Corsica ».

En décembre 2015, une majorité nationaliste issue de la liste «Pè a Corsica» accède pour la première fois aux responsabilités à la Collectivité territoriale de Corse. Événement historique, marquant l’entrée de la Corse dans une ère nouvelle.

Depuis cette date, le Conseil Exécutif de Corse, l’ensemble de la majorité territoriale et plus récemment les trois députés « Pè a Corsica » élus en juin 2017, œuvrent de manière déterminée, solidaire et coordonnée, au service du peuple corse et de l’intérêt général.

Durant deux années courtes mais intenses, nous avons, dans tous les domaines, engagé la mise en œuvre du contrat de mandature validé par le suffrage universel, et placé les principes de démocratie, d’éthique et de transparence au coeur de notre gouvernance. Nous avons agi en surmontant les urgences, les tensions et les crises à répétition qui ont marqué en particulier toute l’année 2016. Même s’il s’agit d’un délai trop court pour mesurer pleinement les effets des nouvelles politiques publiques, les décisions prises et appliquées ont déjà commencé à changer la vie des Corses.

Nous avons agi en apportant des réponses concrètes aux attentes et besoins du quotidien.

Nous avons simultanément oeuvré dans la perspective exigeante d’un changement profond, car l’émancipation politique, économique, sociale, culturelle au cœur de notre combat historique requiert des choix puissants de réorientation stratégique et de transformation structurelle de l’action publique.

Le bilan de cette courte mandature contient déjà beaucoup d’éléments qualitatifs et concrets attestant de ces diverses orientations. Des résultats tangibles et des inflexions majeures qui devront être confortés et améliorés dans les prochaines années.

LA PROCHAINE MANDATURE SERA DÉCISIVE.

Décisive pour répondre toujours plus et mieux aux besoins et a entes des Corses dans la vie de tous les jours : lutte contre le chômage, la pauvreté et la précarité, coût des transports, droit à la santé, renforcement des services publics, accès au foncier et au logement, équité entre les territoires, développement de l’intérieur et de la montagne…

Décisive pour réussir les échéances institutionnelles et politiques majeures qui nous attendent : construction et réussite, à partir du 1er janvier 2018, de la nouvelle Collectivité de Corse, solution politique prenant en compte les délibérations votées par l’Assemblée de Corse (statut de résident, coofficialité, rapprochement et amnistie des prisonniers politiques, inscription de la Corse dans la constitution), dévolution d’un statut d’autonomie de plein exercice et de plein droit, reconnaissance juridique du peuple corse.

Décisive pour renforcer les moyens permettant de répondre aux grands défis de notre temps : changement climatique, transition numérique, mondialisation…

Pour atteindre ces objectifs, nous avons élaboré un accord politique entre Femu a

Corsica et Corsica Libera, « Un paese da fà », qui permet de répondre aux exigences du court terme tout en posant un horizon d’action de 10 ans pour finaliser les chantiers stratégiques qui nous attendent.

Nous avons la volonté commune de relever ces défis.

Nous savons que la réussite passe par l’implication de toutes les forces vives de ce pays dans une démarche novatrice et ouverte, qui s’adresse à tous les Corses, ceux de l’île comme ceux de la diaspora, et à toutes celles et tous ceux qui se sentent citoyens de cette île et partie prenante de son peuple et de son avenir collectif.

Notre projet pour la Corse est un projet de paix, de solidarité, d’ouverture, de changement, de développement et de démocratie.

C’est aussi un projet qui s’inscrit dans le fil historique du combat du peuple corse pour son droit à l’existence, et qui vise à faire entrer résolument la Corse dans le XXIème siècle.

Le 3 décembre prochain, vous avez la possibilité d’exprimer, par votre vote, que vous voulez de la Corse qu’elle continue à avancer sur le chemin de l’apaisement, de la démocratie, et de la construction d’une société émancipée, ouverte et solidaire.

RELEVER LES GRANDS DÉFIS DE LA CORSE DU 21ÈME SIÈCLE

Renforcer, inventer et rendre opérationnelles toutes les formes d’engagement qui organisent les solidarités humaines et la cohésion d’ensemble de la société corse.
Poursuivre la trajectoire de progression de la Corse vers les objectifs d’excellence environnementale, en s’attachant à faire de l’adaptation au changement climatique un axe prioritaire décliné dans chacune des politiques publiques territoriales.
Dynamiser les cadres technologiques, économiques, éducatifs et sociaux de la révolution numérique.
Continuer à améliorer l’environnement des entreprises (infrastructures de transport, fiscalité, système de formation et de recherche, foncier, transmission…), accompagner leur dynamique de progression en matière de production et d’innovation.

Faire rayonner la Corse en Europe et en Méditerranée, agir pour une meilleure prise en compte de ses spécificités par l’Union Européenne (article 174 du Traité de l’UE).

RÉUSSIR LA COLLECTIVITÉ DE CORSE

Notre majorité défend depuis très longtemps la cause d’une collectivité unique, celle d’une institution moderne, porteuse d’une vision stratégique et d’un projet de transformation dans une action coordonnée avec les territoires, les communes et les acteurs de terrain. Une institution suscitant la confiance des citoyens et assumant également une fonction de proximité, respectant les équilibres territoriaux. Nous avons travaillé durant deux ans pour sécuriser sa naissance à compter du 1er janvier 2018. Nous avons associé l’ensemble des fonctionnaires et agents à la définition de son architecture et à la mise en place de sa future organisation, dans le respect des personnes et de leurs droits. Nous voulons désormais accompagner ses premiers pas, poser les fondations démocratiques de son fonctionnement et l’ériger au cours des quatre années à venir en institution capable de relever les grands défis de la Corse du 21ème siècle.

UN STATUT D’AUTONOMIE DE PLEIN EXERCICE ET DE PLEIN DROIT

Qui reconnaît et organise la compétence de la Corse à légiférer dans tous les champs essentiels de l’action publique, les domaines régaliens restant du domaine de l’Etat, les compétences communautaires étant pour leur part exercées par l’Union Européenne.
Qui soit, dans sa méthode d’élaboration, non pas octroyé par Paris, mais construit et voulu depuis la Corse.
Qui confère au peuple corse la liberté et la responsabilité de dé nir et de me re en oeuvre démocratiquement ses choix essentiels et son projet de société.

Qui permet de nouer avec l’Etat une relation fondée sur le dialogue, le respect réciproque et le partenariat.
Qui soit assorti d’un transfert de ressources permettant d’exercer les compétences dévolues et d’un véritable statut fiscal et social.

DURANT DEUX ANS, NOUS AVONS AGI EN ASSUMANT LES URGENCES ET EN RESPECTANT LES PRINCIPES ET LES OBJECTIFS DU CONTRAT DE MANDATURE

Le redressement budgétaire de la Collectivité territoriale de Corse et l’assainissement du fonctionnement des institutions.

3 L’équité et la transparence dans l’allocation des ressources publiques.

3 L’adoption d’un grand plan de lutte contre la pauvreté et la précarité.

3 La charte de l’emploi local.
3 Le soutien aux entreprises et aux acteurs économiques : plan d’urgence pour les TPE,

statut fiscal et social, adoption du SRDEII…
3 La mise en œuvre d’un nouveau système de transports maritimes et la fin des grèves à répétition. La mise en place du comité de massif et un effort financier sans précédent dans le cadre du schéma de mise en valeur de l’intérieur et de la montagne.
3 La sauvegarde du régime particulier de la Corse en ma ère de droits de succession « arrêté Miot ».
3 La création de la carte « Ritiratu » dans les transports.
3 L’engagement en faveur de la santé, avec notamment une revalorisation de 3 points du coefficient géographique d’insularité.
3 L’inscription dans la loi du statut d’île- montagne, qui nous permettra d’obtenir des mesures spécifiques en matière d’implantation des services publics, de système éducatif, de fiscalité incitative pour les zones urbaines et de l’intérieur à soutenir.
3 La politique en faveur de la jeunesse, et la création de l’Assemblea di a ghjuventù.
3 Un nouveau cadre d’action pour la politique culturelle et patrimoniale.
3 La reconnaissance de la Corse aux plans européen et méditerranéen, avec à titre d’exemple l’obtention de la Présidence de la Commission des îles de la CRPM (17 millions de citoyens) et la création du Conseil permanent corso-sarde.

S’è vo vulete dì innò à quelli chì sò pronti à tu e e cumbricule solu per circà à fà perde i naziunalisti.
S’è vo vulete chì a Corsica cuntinuessi à avanzà cum’ella l’hà fattu dipoi u 2015.
S’è vo bramate, per e generazione d’oghje è quelle à vene, un paese appaciatu, fieru di a so lingua è di a so cultura, mantinutu in u so esse culle vu, emancipatu, apertu nant’à l’Europa è u Mediterraniu.

Allora, subitu à u primu giru, u 3 di dicembre, una sola scelta : quella di u votu à prò di a lista « Pè a Corsica » !

 

Le prochain grand meeting de Pè a Corsica se tiendra à Portivechju

Alain Cacciari

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*