A la veille des élections, l’Etat français met la pression sur les nationalistes.

A quelques semaines des élections territoriales, l’Etat français met la pression sur les nationalistes… la Présidente de l’Associu Sulidarità avait été placée en garde à vue après une convocation à la gendarmerie d’Asprettu ce matin. Cette garde à vue aurait été liée à l’arrestation de Franck Paoli qui était recherché dans le cadre de l’enquête sur l’attentat à la roquette en 2013 contre la caserne de gendarmerie Battesti à Ajaccio, siège de la région de gendarmerie en Corse. Franck Paoli a toujours nié les faits et le scandale de son transfert sur Paris avait suscité une vive émotion … entravé, menotté, avec les yeux bandés et une cagoule tout le long du trajet… des méthodes dignes du franquisme.

Katty Bartoli vient d’être libérée à l’instant mais le « nouveau » gouvernement cherche, par tous les moyens, à discréditer le mouvement nationaliste à la veille d’élections qui s’avèrent d’une importance capitale pour l’avenir de la Corse.

Les méthodes employées sont toujours les mêmes. Après le dépôt des armes du FLNC, la France a peur d’un scenario démocratique semblable à celui de la Catalogne. A croire que les bulletins de vote effraient plus Paris que les bombes…

En décembre prochain, le Peuple Corse sera seul juge, dans l’isoloir, et c’est bien ce qui fait peur aux jacobins français.

#amnistia

A.J.C

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*