Pour Macron : une Europe unie à géométrie variable…

Nous assistons à quelque chose d’extraordinaire au sens étymologique du terme, à savoir qu’Emmanuel Macron, avant et depuis son accession au pouvoir n’avait de cesse de parler de l’Europe, de la construction européenne, de l’avenir indispensable d’un Europe forte et solidaire.
Mais l’affaire des chantiers est en train de démontrer que l’Europe d’Emmanuel Macron est loin de celle qu’il nous présentait.

En 2016, les difficultés financières de STX Offshore & Shpbuilding (société coréenne) amène le groupe, ainsi qu’un tribunal de Séoul, à placer en redressement judiciaire ou liquider la société. Ce plan prévoyait la cession de STX France, dont le groupe STX Offshore & Shpbuilding, possède les deux tiers depuis 2008, le tiers restant étant aux mains de l’État français.
Mais voila, ce qui était bon sous le gouvernement Valls ne l’est plus sous le gouvernement d’Édouard Philippe… et notamment pour Bruno Le Maire, Ministre de l’économie. La demande du ministre de l’économie diffère du contrat négocié sous le gouvernement Valls.
En effet, cet accord prévoyait que le constructeur italien Fincantieri reprenne 48 % du capital de l’ancienne filiale de l’entreprise coréenne en difficulté STX Offshore and Shipbuilding. L’entreprise devait être épaulée à hauteur de 7 % par l’investisseur italien Fondazione CR Trieste. L’Etat Français devait conserver un tiers du capital et un droit de veto.

Désormais, Bruno Le Maire menace l’Italie de nationaliser le groupe STX France si le gouvernement italien ne cède et n’accepte pas les termes du nouveau contrat, à savoir un partage à 50/50 entre le groupe Fondazione CR Trieste et l’Etat français.
Les menaces sont claires : «Si jamais nos amis italiens refusent la proposition honnête qui leur est faite, l’Etat exercera son droit de préemption.»

L’attitude du gouvernement français pour décourager le groupe italien Fincantieri de prendre une participation majoritaire dans les chantiers navals STX France est « inacceptable », a déclaré un responsable du Trésor italien (La Repubblica)
Fabrizio Pagani, chef du secrétariat technique du Trésor, rappelle que des entreprises françaises ont récemment effectué d’importants investissements en Italie. « Les nôtres devraient avoir les mêmes possibilités ».
La presse italienne est vent debout contre l’attitude du gouvernement français qui s’accordait une entente avec Séoul mais qui la refuse avec Rome.

Au delà de la parole donnée par l’ancien gouvernement qui est donc remise en cause, nous ne pouvons que constater l’attitude hégémonique de la France qui donne des leçons d’Europe mais qui est incapable de les appliquer dès lors qu’il s’agit de ses propres intérêts.
Une Europe à la carte pour la France… le protectionnisme français fait son grand retour.

Au delà du jacobinisme dont la Corse est victime depuis plus de deux siècles, la France entend imposer ses choix à l’Europe entière. Une Europe unie mais où la France imposerait son diktat…

Ghjiseppu Cardosi

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*