Le Bâtonnier de Bastia, Me Jean Sébastien de Casalta : « insulté et menacé à la sortie d’une audience ».

C’est dans le cadre d’une affaire où un homme, condamné à quinze ans de réclusion pour un meurtre commis en 2008, dont la libération conditionnelle a été annulée en appel le 10 avril 2017 que Maître Jean Sébastien de Casalta, avocat de la partie civile, a été mis en cause par Me Paul Sollacaro, avocat de la défense. S’en est suivi une altercation après le jugement de la chambre d’application des peines, échanges très vifs entre le père du prévenu et Maître Jean Sébastien de Casalta.

Après une enquête classée sans suite, cette affaire a connu un prolongement public, l’avocat de la défense portant des accusations graves concernant « le comportement de Maître de Casalta ».

Me Mattei, Conseil du Bâtonnier de Casalta déclare que son client a été « insulté, outragé et menacé » et rappelle la rectitude de son client.

Me de Casalta nous confiait que « la dénonciation mensongère et insensée, colportée par Me Sollacaro auprès de l’autorité judiciaire et lui prêtant  un comportement répréhensible ne vise qu’à le décharger de ses responsabilités: celles d’avoir abandonné la barre laissant lamentablement son client seul, sans défense, et ensuite de m’avoir outragé à la sortie de l’audience, pour enfin me rendre comptable de la réincarcération de celui qu’il était censé assister. »

Me Mattei met en cause l’instrumentalisation de la presse, à savoir que certains ont considéré qu’il fallait que cet événement, qui n’est pas un événement majeur dans le panorama judiciaire, soit explicité dans les journaux et la télévision … » est notamment visé un article du Corse matin, en date du 21 juin dernier, sous la plume de Kael Serreri qui a pour titre :    « L’enquête expresse du parquet de Bastia classée sans suite. »

Dès le 22 juin dernier, Me de Casalta avait envoyé un droit de réponse au Corse-Matin :

Maître de Casalta a tenu a exprimé son sentiment au cours de cette conférence de presse.

 

Joint par téléphone dans la soirée, le Bâtonnier de Casalta confirme qu’il n’engagera pas de procédure à l’encontre de son confrère Me Paul Sollacaro. S’agissant de l’action du Conseil de Me de Casalta, elle revêtira la forme la plus appropriée.

Affaire à suivre.

 

Le soutien des Ordres de Bastia et d’Ajaccio ainsi que de l’UJA (Union des Jeunes Avocats) de Bastia.

Communiqué de l’Ordre des avocats de Bastia :

Communiqué de l’UJA :

Communiqué de l’Ordre des avocats du Barreau d’Ajaccio :

 

Alain Cacciari pour :

               www.infocorsica.online

(SAS) 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*